bien-dire


bien-dire

bien-dire [ bjɛ̃dir ] n. m. inv.
• 1593; de 1. bien et 1. dire
Littér. Art de bien parler, de s'exprimer avec facilité dans un langage agréable. éloquence, rhétorique.

bien-dire nom masculin invariable Littéraire. Art de s'exprimer d'une façon élégante.

⇒BIEN-DIRE, subst. masc.
Art de parler avec correction et facilité :
1. ... elle [Mélanie] aurait pu donner des leçons de bien-dire à plus d'un professeur et à plus d'un académicien. On retrouvait sur ses lèvres la diction fluide et légère des aïeux.
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 196.
P. ext. Art de s'exprimer avec correction et facilité :
2. La société française, si l'on en juge par la littérature de chevalerie, souvent si vide et si brillante, formée au Moyen Âge exprès pour elle, paraît avoir été dès l'origine particulièrement portée à estimer en soi le bien-dire du littérateur indépendamment de ce qu'il disait, à sentir la pure littérature.
BENDA, La France byzantine, 1945, p. 177.
Expr., le plus souvent péj. Être, se mettre sur son bien-dire. Affecter un beau langage :
3. Elle [Miss W.] est savante et manie l'anglais de façon précautionneuse comme s'il s'agissait d'un objet rare et fragile; on la sent continuellement sur son bien-dire.
GREEN, Journal, 1941, p. 73.
Proverbes. Le bien-faire vaut mieux que le bien-dire; le bien-dire ne dispense pas du bien-faire.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. généraux.
PRONONC. ET ORTH. :[]. La forme avec trait d'union est limitée pour QUILLET 1965 à ,,quelques locutions familières. Dans tout autre cas, bien dire s'écrit sans trait d'union. Le bien faire vaut mieux que le bien dire.`` Cette règle n'est pas confirmée par l'usage.
ÉTYMOL. ET HIST. — Av. 1593 « habileté de parole » (AMYOT, Philopémen, 17 dans HUG.); 1680 bien-dire (RICH.).
Composé de bien adv. et de dire.
STAT. — Fréq. abs. littér. :9.

bien-dire [bjɛ̃diʀ] n. m. invar.
ÉTYM. 1593, de bien, et dire.
Vieilli. Art de bien parler, de s'exprimer avec facilité dans un langage agréable, élégant. Éloquence, rhétorique.Prov. Le bien-faire vaut mieux que le bien-dire.
0 Pour disputer le prix du bien-dire.
Bossuet, Pardon de Dieu, 2.
Loc. Être, se mettre sur son bien-dire : prendre un beau langage (Julien Green in T. L. F.).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bien-dire — BIEN DIRE. s. m. Ce mot n est d usage que dans le discours familier, et d ordinaire en se moquant de quelqu un qui se pique de bien parler. Quand il se met sur son bien dire. Il est sur son bien dire …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bien-dire — (biin di r ) s. m. Habileté à parler ; parler agréable, gracieux, fleuri. •   Qu eux tous seuls du bien dire ont trouvé la méthode, Et que rien n est parfait s il n est fait à leur mode, RÉGNIER Sat. IX.. •   Pour disputer le prix du bien dire,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BIEN-DIRE — s. m. Il s emploie dans ces phrases familières, Être sur son bien dire, se mettre sur son bien dire, Affecter de bien parler. Quand il se met sur son bien dire. Il est sur son bien dire. Hors de là, Bien dire, pris substantivement, s écrit sans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BIEN-DIRE — n. m. Langage facile, agréable, élégant. Il disputait aux plus habiles le prix du bien dire …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Tu ne crois pas si bien dire — ● Tu ne crois pas si bien dire tu as dit le mot juste, tu as raison …   Encyclopédie Universelle

  • bien — 1. (biin ; l n ne se lie jamais : ce bien est à moi, dites : ce biin est à moi, en donnant à biin la nasalité qui est dans in digne, et non ce biin n est à moi) s. m. 1°   Ce qui est juste, honnête. Le bien et le beau. Le bien et la justice… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • dire — DIRE. v. a. Je dis, tu dis, il dit; nous disons, vous dites, ils disent. Je disois; nous disions. Je dirai, tu diras, il dira; nous dirons. Dis. Je dirois. Que je dise. Que je disse. Disant. Exprimer, énoncer, expliquer, faire entendre par la… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bien-faire — ⇒BIEN FAIRE, subst. masc. Rare, vieilli A. Art de faire bien : • 1. Leur influence n est abrutissante que pour celles qui les dédaignent et qui ne savent pas chercher ce qui se trouve dans tout : le bien faire. L homme qui bêche ne fait il pas… …   Encyclopédie Universelle

  • bien-disant — bien disant, ante (biin di zan, zan t ) adj. 1°   Qui parle élégamment, facilement. C est un homme bien disant. •   Votre subtile et bien disante tristesse, BALZ. I, 237. •   Ainsi raisonnait Paul Louis, et cependant écoutait le jeune homme bien… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • -dire — bien dire c est à dire ouï dire …   Dictionnaire des rimes